Financer une entreprise

Les services d'aide à l'emploi de l'Église (LDS Jobs ou Emplois SDJ) vous aideront à trouver un emploi rémunéré par le biais de formations et grâce à un réseau de contacts avec les entreprises locales.

Le financement est souvent l’un des principaux obstacles à la création d’une entreprise. Une entreprise peut avoir un excellent plan d’affaires et de bons produits, cela n’aura aucun intérêt sans financement approprié pour faire tourner l’entreprise.

 

 

Pour obtenir des fonds ou du capital pour une entreprise nouvelle, il existe de nombreuses ressources, mais chacune a ses limites. Vous devez aussi vous souvenir que de bonnes pratiques commerciales impliquent d’honorer ses dettes et de remplir ses obligations envers les investisseurs.

Pour déterminer quelles sont les meilleures options de financement pour votre entreprise, prévoyez une analyse financière détaillée dans votre plan d’affaires. Pour en savoir plus sur les plans d’affaires et le financement, voir Élaborer un plan d’affaires et Les finances personnelles par rapport aux finances de l’entreprise.

Les ressources financières peuvent être classées en quatre groupes selon les responsabilités du propriétaire de l’entreprise.

1. Biens personnels

C’est l’approche qui est privilégiée. Le propriétaire est seul responsable et tout bénéfice fait par l’entreprise lui appartient. Donc si l’investissement ne rapporte rien, le propriétaire de l’entreprise est le seul perdant. Souvenez-vous de ne jamais faire un placement que vous n’êtes pas disposé à perdre. C’est une chose de perdre de l’argent ou des équipements, c’en est une autre de perdre sa maison.

Options de financement personnel

  • Les économies
  • La vente de placements
  • La vente de certains biens

2. Les amis et la famille

Cette option nécessite que vous payiez les autres avec vos bénéfices, mais elle n’est pas aussi rigide qu’un prêteur professionnel qui a besoin de garanties et de nantissement. Les amis et la famille vous connaissent, vous et vos capacités, et ils peuvent juger par eux-mêmes si votre plan d’affaires est cohérent. Bien qu’un ami ou un membre de votre famille soit davantage enclin à faire preuve de sympathie si vos affaires marchent mal, vous devez quand même honorer vos engagements. Vous ne voulez pas risquer de perdre des amis ou de vous aliéner des membres de votre famille.

Choses dont il faut se souvenir :

  • N’empruntez pas une somme que la personne ne peut pas se permettre de perdre.
  • Avant que quelqu’un n’investisse quelque chose, demandez-lui comment il gérerait la situation si votre entreprise ne réussissait pas et que vous ne pouviez pas le rembourser immédiatement ou même jamais.
  • Établissez clairement les termes du prêt, et s’il s’agit d’une somme importante, demandez à un avocat de rédiger un contrat légal. Pour régler tout différent, il est préférable d’avoir les choses par écrit plutôt que de se reposer sur la mémoire. Exposez clairement les attentes pour réduire les possibilités de désaccord dans l’avenir.

3. Le financement en capital

Ce sont des fonds provenant de personnes qui recevront des parts de l’entreprise en échange de leur aide. Cette option ne signifie pas nécessairement que l’investisseur recevra une part du bénéfice, mais qu’il exercera un contrôle limité sur les décisions prises par l’entreprise. Pour toute entente de ce type, les attentes doivent être clairement définies pour éviter les malentendus. Par exemple, est-ce que cette personne désire participer à la gestion quotidienne de l’entreprise ou être un partenaire silencieux n’ayant guère son mot à dire ?

4. Le financement des dettes

Dans un financement traditionnel, le propriétaire de l’entreprise doit faire une demande de prêt auprès d’une banque ou d’un établissement et l’obtenir. Il doit alors le rembourser par des paiements réguliers incluant les intérêts.

Types de prêteurs :

  • Établissements financiers Recherchez des institutions ou des banques qui ont des prêts spécifiques pour les petites entreprises. Les organisations ou les associations de petites entreprises peuvent être un bon endroit où se renseigner sur les programmes de votre région.
  • Les organismes de microcrédit La microfinance s’adresse aux personnes qui empruntent de petites sommes mais qui, normalement, ne peuvent pas bénéficier de prêts traditionnels auprès de banques plus importantes. Ces prêts sont courants dans le monde, mais plutôt rares aux États-Unis et au Canada. Certains organismes de microcrédit prêtent essentiellement à des groupes de propriétaires d’entreprise qui n’ont que peu d’expérience des affaires, qui n’ont pas fait d’études ou qui ne peuvent pas faire de nantissement. Les membres d’un groupe travaillent ensemble pour rembourser les prêts et se soutenir mutuellement. Les groupes se réunissent aussi régulièrement pour parler de leurs affaires et de ce qu’ils ont appris.
  • Organismes qui prêtent spécifiquement aux personnes dans votre situation Ce sont des groupes (privés ou publics) qui accordent des prêts à certaines conditions. Par exemple, une entreprise peut recevoir des fonds si elle soutient des artistes locaux ou si une mère seule en assure la gestion. Les sources de ce type de financement peuvent inclure des subventions du gouvernement et certains établissements de microcrédit selon ce qui est disponible dans votre région. Les autres facteurs possibles sont le revenu, le fait de travailler dans une industrie spécialisée, ou celui de vivre dans une région géographique particulière.

 

Pour mieux connaître les possibilités de financement de votre région, participez au Stage de création d’entreprise organisé par les Centres d’aide à l’emploi SDJ.

Commentaires

Était-ce utile ?