Le bénévole éternel

Les services d'aide à l'emploi de l'Église (LDS Jobs ou Emplois SDJ) vous aideront à trouver un emploi rémunéré par le biais de formations et grâce à un réseau de contacts avec les entreprises locales.

Au centre d’aide à l’emploi de Sorocaba (Brésil), Abrahão est un visage familier. Il se porte volontaire au centre dès qu’il le peut et ses amis l’ont surnommé avec affection « L’éternel bénévole ». La gratitude qu’Abrahão éprouve envers les services d’aide à l’emploi de l’Église vient des leçons qu’il y a reçues pendant sa propre période difficile de recherche d’emploi.

Lorsqu’Abrahão a dû faire face à six mois de chômage, il a réparti son temps entre un cours de gestion, l’aide qu’il a apporté au centre, et la recherche d’un emploi. Un des moments les plus intéressants pour Abrahão a été de se rendre compte de l’importance du travail en réseau et de s’appuyer sur l’aide des dirigeants de l’Église.

Pendant la période où Abrahão cherchait un emploi, Carlos Cerqueira, le directeur du centre d’aide à l’emploi de la région, lui a demandé où il en était dans ses efforts en matière de recherche d’emploi.

Abrahão se sentait frustré. Il a répondu : « Je lui ai dit que je ne savais plus à qui m’adresser. Je pensais avoir déjà parlé à tellement de gens. Je ne savais pas qui d’autre pourrait m’aider à trouver un emploi. »

Frère Cerqueira lui a demandé : « Avez-vous déjà parlé à vos amis et à vos dirigeants à l’église ? »

Abrahão a répondu qu’il avait déjà parlé à tout le monde et qu’il ne savait pas pourquoi il n’arrivait pas à trouver d’autres contacts.

Frère Cerqueira a poursuivi : « Avez-vous déjà parlé au président de votre collège ? »

Bien qu’Abrahão ait déjà parlé à une grande partie de ses dirigeants de l’église, il s’est rendu compte qu’il ne s’était pas encore adressé au président du collège des anciens. La semaine d’après, lors d’une réunion à l’église, Abrahão parlait à un ami de ses efforts en matière de recherche d’emploi lorsque le président du collège des anciens a entendu leur conversation et s’est joint à eux.

« Tu n’as pas de travail ? » a-t-il demandé, surpris, à Abrahão.

Abrahão a répondu que non, il n’en avait pas.

« Et tu ne m’en parles que maintenant ? » a demandé le président.

Le président du collège des anciens a donné rapidement à Abrahão des références d’entreprises et de personnes à contacter pour des postes à pourvoir. Abrahão a recommencé à travailler en réseau et bien qu’aucune des pistes n’ait abouti, elles lui donnèrent de nouvelles idées pour ajouter des contacts à son réseau. Il a appris que ses ressources n’étaient jamais épuisées parce qu’il y avait d’autres personnes qu’il pouvait contacter pour des offres d’emploi. Il a aussi appris l’importance d’impliquer les dirigeants de l’Église dans sa recherche d’emploi.

Abrahão a dit : « Peu importe de qui il s’agit, nous devons simplement parler à tout le monde et demander de l’aide. »

Après six mois de recherche d’emploi et de travail en réseau, Abrahão a trouvé un travail consistant à s’occuper des comptes d’une entreprise. Il fait toujours du travail bénévole au centre lorsqu’il le peut. Il y déjeune même plusieurs fois par semaine pour aider les personnes qui cherchent un travail ou qui veulent suivre le stage de recherche d’emploi. Il veut simplement les aider à prendre conscience des opportunités qu’ils ont.

En 2009, Abrahão a terminé ses deux années de cours de gestion à l’université. Avec son nouveau travail et sa formation supplémentaire, il pense être capable et avoir les moyens financiers de poursuivre ses études post-universitaires en mécanique.

Il a dit : « On m’a conseillé de me souvenir que le chômage n’est qu’une petite période et qu’un jour elle se termine. Les choses iront mieux, alors il faut simplement rester fort et fidèle et toujours remercier notre Père céleste. »

Commentaires

Était-ce utile ?